🔹𝐔𝐧 𝐩𝐞𝐮 𝐩𝐞𝐧𝐬𝐢𝐯𝐞  ce soir sur mon avenir professionnel car il y a peu une amie m’a dit : « mais non Hélène ce n’est pas un échec d’arrêter d’exercer en tant qu’assistante sociale, tu fais juste évoluer ton projet professionnel ». J’ai décidé effectivement de reprendre mes études universitaires. Cette phrase dite il y a déjà plus d’une semaine reste dans ma tête. Tant de questions se précipitent dans mon esprit : Pourquoi, pour moi, ce n’est pas une évolution professionnelle ? Pourquoi je ressens cet échec en arrêtant d’exercer en reprenant mes études universitaires ? Pourquoi j’ai du mal à passer à autre chose ?

🔹𝐋𝐞 𝐜𝐡𝐞𝐦𝐢𝐧 𝐧’𝐞𝐬𝐭 𝐩𝐚𝐬 𝐬𝐢𝐦𝐩𝐥𝐞.  La désillusion fait partie de la problématique : le monde du travail social et peut être aussi le monde du travail dans sa globalité m’est difficile à appréhender désormais. Je ne comprends pas la dynamique générale, l’impression que la confiance n’est plus de mise et que la valorisation des compétences est au second plan. Qu’est- devenu l’être humain dans tout ça, une machine ? Je ne m’y retrouve pas et l’avenir m’est devenu incertain ...

🔹Il m’est aussi difficile de considérer que je suis sur la voie de la reconversion professionnelle. 𝐉𝐞 𝐜𝐡𝐚𝐧𝐠𝐞 𝐜𝐚𝐫 𝐢𝐥 𝐟𝐚𝐮𝐭 𝐜𝐡𝐚𝐧𝐠𝐞𝐫. 𝐉𝐞 𝐜𝐡𝐚𝐧𝐠𝐞 𝐜𝐚𝐫 𝐣𝐞 𝐧𝐞 𝐩𝐞𝐮𝐱 𝐩𝐥𝐮𝐬 𝐞𝐱𝐞𝐫𝐜𝐞𝐫 𝐝𝐚𝐧𝐬 𝐜𝐞𝐬 𝐜𝐨𝐧𝐝𝐢𝐭𝐢𝐨𝐧𝐬.  J’ai l’impression de sauver ma peau. Je n’ai plus l’énergie pour m’impliquer et me battre et ce n’est pas peu dire pour moi. J’étais tellement motivée au début. J’aime cette profession et j’ai un profond respect pour les travailleurs sociaux mais je ne fais plus partie de la « bande ». Je ne veux plus en faire partie.

🔹𝐉’𝐞𝐧 𝐚𝐢 𝐦𝐚𝐫𝐫𝐞 𝐝𝐞 𝐜𝐞 𝐦𝐚𝐧𝐪𝐮𝐞 𝐝𝐞 𝐫𝐞𝐬𝐩𝐞𝐜𝐭 𝐞𝐭 𝐝𝐞 𝐫𝐞𝐜𝐨𝐧𝐧𝐚𝐢𝐬𝐬𝐚𝐧𝐜𝐞. Je suis fatiguée et ma santé ne permet plus de courir. Je ne peux plus me dire que c’est comme ça et il faut faire avec (le grand letmotiv de ces dernières années il semblerait). Je ne peux plus entendre ce manque de moyens humains et le prendre en pleine tête chaque jour. La colère a fait place à la résignation. J’admire ceux qui restent, ceux qui luttent, ceux qui sont impliqués. Je suis si désolée de ne plus l’être …

🔹𝐉𝐞 𝐩𝐚𝐫𝐬 𝐯𝐞𝐫𝐬 𝐝𝐞 𝐧𝐨𝐮𝐯𝐞𝐚𝐮𝐱 𝐡𝐨𝐫𝐢𝐳𝐨𝐧𝐬.  mais une partie de moi restera liée au travail social. Assistante de service social : ma première formation, ma première profession. Comment oublier ? Jamais.

🔹Les questionnements sont aussi plus profonds. Ils m’amènent vers le sens que je donne au travail et la place que je veux lui donner. 𝐕𝐢𝐯𝐫𝐞 𝐩𝐨𝐮𝐫 𝐭𝐫𝐚𝐯𝐚𝐢𝐥𝐥𝐞𝐫 𝐨𝐮 𝐭𝐫𝐚𝐯𝐚𝐢𝐥𝐥𝐞𝐫 𝐩𝐨𝐮𝐫 𝐯𝐢𝐯𝐫𝐞, 𝐭𝐞𝐥𝐥𝐞 𝐞𝐬𝐭 𝐥𝐚 𝐪𝐮𝐞𝐬𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐧𝐨𝐧 ?  Que restera-t-il à la retraite de ces temps de vie donnés au travail ? Ce sont ces questions qui restent en suspens dans mon esprit … Et vous, quel sens vous donnez au travail ?

🔹Avec toute bienveillance.

Texte publié initialement sur linkedin.

NB: image, Mystère Entreprise Femme Point - Photo gratuite sur Pixabay

#bien-être #travail #humanité

Retour à l'accueil